00001000001000001000010000121012112121120111112 Hasselblad H5D en photographie de paysage
FR | EN
Welcome to Philippe Albanel Photography. Click to enter. Photos de Paysages, Landscape Photos from France, Bretagne, Normandy, Alpes, Vendée, French Riviera, Pays de la Loire, Loire-Atlantique, Coast, Creeks, Rivers and valleys, Landscape, Seascapes, Lakescapes.

Hasselblad H5D en photographie de paysage

Mise à jour le 29/06/2016

Découvrez les premiers essais d'un Hasselblad H5D par Philippe Albanel lors d'une première sortie photographique en mode paysage au Croisic


Phenix

24mm, 1/4 s, f16, ISO 400


Hasseblad, toute une légende

Premièrement il n'est pas nécessaire de rappeler à quel point la marque Hasselblad évoque pour tous les photographes l'excellence à travers son histoire et les succès que la marque a rencontré auprès des grandes firmes. Des années 1940 ou les premiers moyens format sont nés durant la guerre, à notre époque, ou la transformation progressive au numérique s'est opérée dans la gamme de produit Hasselblad, la marque a su garder son image liée à une qualité d'image ultime et professionnelle. Pas un seul studio de photographie professionelle ne remettra en cause sa suprématie à la fois dans la photo dite de modèle ou bien encore de produits et de paysages. C'est naturellement que j'ai choisi Hasselblad pour me ré-équiper pour la photo de paysage. J'aurais pu choisir un CANON ou un NIKON doté de capteurs tout à fait adaptés pour la photographie de paysage mais l'envie de continuer à dépasser les limites de la capture d'image à très haute dynamique, le choix d'un Hasselblad H5D-50C s'est imposé pour bénéficier des démarques sur ce modèle avant l'arrivée (peu intéressante in fine) du H6D.

Hasselblad H5D et ses concurrents moyen format numérique, quelle différence ?

Avant toute chose je tiens à préciser que dans cet article je ne vais pas comparer l'hasselblad à ses concurrents sur ce segment des moyens format de 50 megapixels. Pour deux raisons, premièrement car je ne dispose par d'autres modèles du même segment ;-) vu le prix de ce type de matériel (>30k€) et parce que les concurrents utilises le même capteur (SONY) ce qui a mon sens comporte peu d'intérêt à aller tenter des comparaisons. Je ne vais donc pas du tout être objectif dans cet article comme à mon habitude, pour ceux qui me connaisse depuis plus de 10 ans. En effet depuistoujours je souhaite utiliser un Hasselblad.

Néanmoins j'ai pensé intéressant de partager avec vous ma première expérience photographique avec un Hasselblad numérique H5D-50C car je pense que cela peut intéresser beaucoup de photographes de paysages mais aussi d'autres domaines. En effet on ne voit souvent un hasselblad numérique que lors de visite de studio professionnel. Ce matériel est généralement loué pour quelques heures... on en possède rarement un suffisamment longtemps pour le tester pleinement et apprendre à l'utiliser à son maximum.

Vous l'aurez compris, je l'ai acheté il faut maintenant en tirer partie! J'avoue que l'investissement est important et les attentes en terme de résultats sont élevées, même très élevée... Alors lors de la première prise en main on se pose la question. Qu'est ce qui justifie son prix..? Ou se cache finalement son secret ? Est ce la dynamique incroyable de son capteur (la plus grande du marché) , la qualité très peu égalée de ses objectifs, la marque ?

Fichier RAW 3FR et Dynamique du capteur de l'Hasselblad H5D : 15 stops ?

Lors de mes premiers essais j'ai tout d'abord voulu me rassurer sur la dynamique du capteur. Pour cela vous connaissez la technique de la feuille blanche qu'on shoot à différente exposition du cramage à l'absence totale de pixel.

J'opère donc le test... première lecture du manuel : comment passer en mode manuel la vitesse, changer les ISO, comment le fixer sur un pied photo.. pour un CANONISTE, là on commence déjà à comprendre que ce n'est pas un appareil grand public. Il est lourd, imposant, j'ai repris la muscu depuis ;-), les menus sont d'une autre époque, mais finalement sont très optimisés et on trouve facilement ses marques. Je réalise donc mon premier test de dynamique. Fébrile j'espère sortir une courbe de dynamique sympathique.. Je réalise plus de 800 clichés pour obtenir un test fiable. Une lumière stable, une prise de vue fixe. Je prends le plus possible de photo ne sachant sur l'écran de l'appareil si j'ai ou pas de pixel dans les sombres (le plus difficile à savoir quand on réalise le test). Je note déjà que le grand angle 24mm HC80 présente des images quasiment parfaites sans aucune déformation ni vignettage.. déjà ça sent très bon comparé à mon vieux 17-40 CANON.

Je prend mon photoshop (cloud) pour pouvoir ouvrir les fichier RAW de mon Hasselblad H5D-50C d'a peu près 70 Mo. La on passe dans une nouvelle dimension, les fichiers sont énormes, le pc ronfle et ouvrir 30 fichiers raw devient compliqué... on explose la limite des 2Go de mémoire vive la Photoshop vous dit: "vous avez dépassé la limite des 2go fermez des fenêtres"... Miam. On s'adapte donc et on travaille par petits nombres de fichiers. Je sélectionne donc sur chaque cliché le centre de la feuille blanche afin de mesurer le niveau RGB du même pixel. Je fais la même chose sur mes 20 clichés. Ensuite je cherche le cliché présentant le pixel le plus faible (niveau 1) et le plus élevé (cramé à 255). Je compte ensuite le nombre de stop.. ouf j'ai bien 15 stop. On peut respirer.

Test terrain H5D au Croisic en photographie de paysage

Il est biensur inutile de préciser qu'avant cette sortie j'ai étudié l'appareil dans tous ses modes et appris à l'utiliser à fond avant d'aller sur le terrain. Sortir faire de la photographie de paysage ne s'improvise pas. Ce n'est pas sur place qu'on sort son manuel et qu'on se pose la question qui tue.. comment je relève le mirroir ???

Donc avant de me pointer sur le terrain j'ai regarder comment je pouvais l'utiliser pleinement en photographie de paysage. Premièrement j'ai acheté un déclencheur souple électrique pour travailler sans toucher à l'appareil. Je prends de nombreux clichés pour capter l'instant magique.. et souvent cela nécessite 500 à 600 clichés. Pour cela il faut absolument ne pas toucher l'appareil. J'ai donc testé le déclencheur souple à quasi 80 €, frais de port compris de Hasselblad. Au début on rigole du prix en se disant qu'ils exagèrent puis quand on l'a en main on réalise qu'il y a 150 ans d'expériencz chez Hasselblad et que ce petit outil est sans doute le plus important sur un moyen format: efficace, précis très agréable à utiliser. J'ai découvert aussi l'intérêt d'une chambre d'un moyen format. L'obturateur n'est pas dans la chambre il est dans l'objectif, il est donc petit, silencieux et ne génère aucune vibration. Génialissime pour le type de photographie que je pratique. On peut donc relever le miroir, et ensuite cliquer autant qu'on le souhaite pour prendre des clichés... aucun bruit juste un petit "tic" à chaque cliché.. et la on se pose la question de savoir si 70Mo par photo ca va passer en vitesse d'écriture... ma foix en prenant une carte 128Go ultra rapide et bien les photos peuvent être prises sans se soucier de cet aspect. Je ne crois pas avoir vu jusqu'ici l'appareil refuser la prise de vue.. il encaisse, digère et écrit à la vitesse de la lumière.

Il est temps ce jour de mai d'aller sur le terrain... j'ai mes filtres LEE 150mm par 150mm avec l'adapteur pour monter directement l'ensemble sur le HC80 de mon Hasselblad H5D. J'ai mon pied photo, le déclencheur, deux batteries, une carte mémoire 128Go... Il ne reste plus comme d'habitude de conditions idéales pour s'éclater!

Je choisis le Croisic pour ce premier test. Je connais bien les lieux j'y vais régulièrement depuis 15 ans et la question du spot ne se pose pas... je sais quelle image je souhaite faire, une photo de paysage comme je les aime, impossible en quelque sorte... Un coucher de soleil, un cadrage en triangle (sujet centré), un rocher qui me parle, et un contre jour de malade pour tester la dynamique du capteur et sa capacité à à gérer les zones sombres (à ce moment je n'ai pas encore une idée précise de sa gestion du bruit).

Je m'installe donc sur un spot pour réaliser la photo de paysage au Croisic Phenix. Je shoote durant 2h à peu près 800 clichés. Je ne me rend pas vraiment compte du nombre de clichés car in finé, l'appareil est très rapide, on sent une vraie facilité à enchainer les prises de vues, pas d'obturateur bruyant, le calme et juste le bruit de l'obturateur de l'objectif qui fait des petits "tic". Finalement jubilatoire de shooter en paysage avec un Hasselblad... Bon je découvre que trimbaler un bébé de 2,5kilo à bout de bras ou en bandoulière c'est sport (j'en ai bavé sur Belle Ile je vous raconterai ca prochainement).

hasselblad H5D;photo hasselblad h5D;test hasselblad h5D;photo   paysage; photo croisic;photo bretagne;photo;photo paradisiaque

Analyse des raw et résultats sous Photoshop des photos de l'HASSELBLAD H5D

Une fois rentré la première difficulté a été de gérer un si gros volume de données... J'ai l'habitude d'ouvrir de nombreuses versions de mes photos de les superposer pour comparer zone par zone laquelle va être éligible au traitement.... avec ce type de matériel produisant des images de très grandes tailles on ne peut pas en ouvrir 50... Au dela de 20 boom photoshop disjoncte, la mémoire est remplie et la limite de la mémoire vituelle aussi. Il faut donc procéder étape par étape et se focaliser sur un nombre restreint de photo...

L'image prend forme, je réalise alors à quel point la dynamique n'est pas si importante in finé. Ce qui rend l'HASSSELBLAD H5D exceptionnel c'est sa linéarité. En effet, en reprenant les photos de mon test de dynamique je comprends ou se cache l'arme secrète de HASSELBLAD comparé à NIKON ET CANON. Plus que d'avoir une courbe de luminance en courbe l'HASSELBLAD dispose d'une courbe quasi linéaire. Le capteur par sa linéarité offre donc plus de données dans les basses lumières comparé aux concurrents 24x36 tout en ayant dans les hautes lumières tout autant de précision. Le nombre de pixels est donc peut être un atout pour faire des tirages industriels de tres grandes dimensions, mais c'est indéniable, la linéarité permet ensuite un traitement de la dynamique beaucoup plus aisé sous photoshop et permet aussi de pousser beaucoup plus les curseurs. Sur Phenix j'ai découvert l'ampleur des capacités de ce nouvel outil. Cela a été pour moi aussi une confirmation que malgré l'accroissement de la dynamique des capteurs, le talent de l'artiste photographe de demain sera de gérer à la fois l'accroissement de la quantité d'information contenue dans une fichier raw et les faibles capacités des écrans de smartphone, pc ou notebook, incapables de restituer les couleurs et la dynamique d'un appareil comme l'HASSELBLAD H5D. Savoir compresser la dynamique pour l'adapter au médium reste, depuis l'age de l'argentique le problème principal à surmonter.

Pour finir je pourrai aussi aborder un aspect très important de la technologie du capteur SONY de l'HASSELBLAD H5D. En effet le fait que le capteur capture en 16 bits plutôt quen 14 bits, il dispose de 4 fois plus de niveaux d'énergie pour capturer chaque canaux Rouge, Vert et Bleu. Cela peut paraître anodin mais comparé à un NIKON ou un CANON, chaque canaux disposent de 4 fois plus de précision de numérisation. On comprend aisément pourquoi les couleurs produites sont fracassantes de réalisme et de puissance en terme de richesse colorimétrique. Ce détail fait du capteur SONY sans nul doute le meilleur face à tous ses concurrents.

Un monde à re-découvrir

Depuis mai 2016, j'ai réitérer de nombreuses sorties. Le plaisir est grandissant. J'ai découvert à quel point je pouvais vraiment faire confiance dans ce capteur pour encaisser des dynamiques infernales. La qualité de l'objectif HC80 et son traitemenr anti flare permet de travailler des clichés avec un soleil pleine pastille et la dynamique permet de retirer tous les filtres. En effet , à part le filtre polarisant, je shoote désormais sans aucun filtre en faisant totalement confiance au capteur. Au dela de 15 stops un simple blending de deux expos me permet de monter une image supérieure à 20 stops. Comparé à mon ancien 5DS (qui a fini à l'eau souvenez vous) c'est 4 fois plus! Je pense réellement à ce stade que l'investissement dans un appareil 50 megapixel à chambre a été un choix certe difficile financièrement mais va m'apporter énormément pour continuer à aller plus loin dans la photographie de paysage

La technique, le matériel, sont des aspects que j'apprécie de la photographie de paysage, avec ce matériel on touche à l'excellence c'est indéniable. Je me dis d'ailleurs que je ne vois pas ce qu'on pourrait faire de mieux, nos yeux voient le monde avec 26 stops. Avec ce moyen format numérique et un assemblage judicieux de deux ou trois expos on atteint allégrement cette limite . Tout peut donc être capturé et immortalisé tels que nos yeux le voit. Cela laisse place à l'imagination, la créativité. Tout ce qu'un passionné de photographie de paysage peut attendre.

J'ai hâte de réinventer ma pratique et laisser ce nouveau matériel m'illuminer.

Philippe Albanel, Octobre 2016.

Suivez le

Tenez vous informé et suivez Philippe sur le terrain via les réseaux sociaux !


Offrez une oeuvre

photo vendée, photo printemps, brétignolles, brem sur mer, les sables d'olonne, vendée globe, dune, algues, rocher, bleu, vert, plaine, sauvage, coucher de soleil, printemps,photo paysage, favorites

Social Network

Direct Live de Twitter

Direct Live de Facebook







Site web, photographies et textes, tous droits réservés à Philippe Albanel, Copyright 2008-2016.
Philippe Albanel est une marque déposée.
Localisé en Bretagne, France, SIRET: 51317849100025
Accueil | Galerie | Auteur | Publication | Service | Livre d'or | Contact